La Compagnia di San Paolo pour les églises du centre historique

16
Basilica di

Maria Ausiliatrice

Piazza Maria Ausiliatrice 9

La Basilica di Maria Ausiliatrice (Basilique de Marie Auxiliatrice) à Valdocco fut édifiée à la demande de Don Bosco (1815-1888), qui a vu ainsi se réaliser sa vocation d’éducateur des jeunes, qui lui avait été révélée par la Vierge avec des rêves prophétiques.
Le travail de Don Bosco a commencé à Turin dans la première moitié du dix-neuvième siècle ; l’activité oratorienne, dans laquelle les jeunes les moins favorisés trouvent un moment de grandeur humaine et spirituelle, se trouve face à un obstacle qui est représenté par l’absence d’un lieu adéquat et par l’hostilité croissante des habitants de la ville, qui acceptent de mauvais gré les retrouvailles festives et bruyantes des jeunes.
Le fait de se déplacer d’un endroit à l’autre, dans des conditions plus ou moins faciles, n’entame pas la confiance du saint à qui en 1844, la Vierge avait indiqué dans un rêve que le lieu du martyr des saints Solutore, Avventore et Ottavio était l’endroit prédestiné pour la construction d’une grandiose église et de son oratoire.
La présence des jeunes disciples de Don Bosco à Valdocco a commencé en 1844, quand le saint est nommé chapelain à l’hôpital de la Marquise Giulia di Barolo. En 1852 une première église est construite, dédiée à San Francesco di Sales (Saint François de Sales) ; elle est actuellement englobée dans le grand complexe de Maria Ausiliatrice.
La zone de Valdocco ne devient un secteur urbain qu’au dix-neuvième siècle suite au démantèlement des fortifications et à la nécessité d’agrandir le périmètre de la ville. Dans cette zone, caractérisée par la présence importante de moulins et de canaux, on trouve déjà au XVIIIème siècle des activités préindustrielles nocives pour la ville. Il existe depuis le dix-neuvième siècle dans cette zone, des structures caritatives autres que les municipales, comme l’hôpital de la Marquise de Barolo et le complexe de Cottolengo. La présence de Don Bosco dans un tel secteur de la ville est donc très significative, secteur dans lequel le saint a une activité au signifié religieux et social important.
En 1863, Giovanni Bosco commence donc à réaliser son grandiose projet de construction de la Basilique : avec une obstination et une ténacité sans égales il cherche les financements nécessaires pour pouvoir s’attaquer aux travaux, il essaye d’impliquer les caisses municipales, avec un succès mitigé, il organise des loteries. En 1864, le projet de l’église, rédigé par l’architecte Antonio Spezia, est approuvé à la mairie et le 27 avril 1865, la première pierre est posée lors d’une cérémonie officielle. En seulement quelques années l’édifice sort de terre (à l’exclusion des décorations intérieures) et le 9 juin 1868 l’église est consacrée à Maria Ausiliatrice. En outre on voit surgir autour de l’église un ensemble de structures d’enseignement du programme salésien, à tel point qu’aujourd’hui encore le terme Valdocco indique justement le complexe de Maria Ausiliatrice.
L’église se dresse, majestueuse, à l’extrémité de la rue qui y conduit. En 1920, on inaugure au centre de la place située devant la statue de la Madonna Benedicente, œuvre de Gaetano Cellini.
La façade est réalisée sur le modèle de l’église San Giorgio à Venise, selon un style néo-palladien : la coupole est surmontée de la statue de la Madonna Benedicente, œuvre de Camillo Boggio. L’église sera agrandie en 1929 par Mario Ceradini. 

L’espace intérieur étonne par son caractère majestueux et par la présence de marbres polychromes ; la fresque de la coupole est particulièrement intéressante : elle a été réalisée par Giuseppe Rollini, lequel entretenait des liens avec le saint en tant que jeune oratorien. La fresque veut exprimer la gloire de la Vierge et la grandeur de l’œuvre accomplie par l’Église dans une histoire en exaltant la force. Don Bosco est représenté aux pieds de la Vierge.
Le maître autel, dédié à la Vierge Marie, est réalisé par l’architecte Giulio Valotti. Le tableau qui ferme l’abside est de Tommaso Maria Lorenzone et il représente Maria Ausiliatrice, entourée d’un chœur d’anges, les saints évangélistes, reconnaissables aux symboles qui les distinguent et les saints apôtres.
Au centre de la représentation, au fond, on peut distinguer la forme de l’église et, au loin, la Basilica di Superga, dont elle s’inspire pour sa forme et sa dévotion.
Les chapelles latérales sont dédiées à des saints et des bienheureux particulièrement importants pour la tradition salésienne : la deuxième à gauche est la chapelle de San Francesco di Sales (c’est de la dévotion pour celui-ci que provient le terme « salésien »), la troisième à gauche à San Domenico Savio (Saint Dominique Savio) (1842-1857), jeune disciple de Don Bosco mort jeune et toujours indiqué par le saint comme l’exemple à suivre ; la seconde chapelle sur la droite est dédiée à la bienheureuse Maria Domenica Mazzarello (Marie-Dominique Mazzarello) (1837-1881), fondatrice des Filles de Maria Ausiliatrice. Les dépouilles de la bienheureuse et de Domenico Savio sont conservées dans la chapelle qui leur est dédiée. La dépouille de San Giovanni Bosco est conservée dans le transept ; il a été canonisé en 1934. Le tableau situé dans le transept est de Paolo Crida.
Sur décision du pape Pio X, le 19 juillet 1911 l’église est élevée au rang de Basilique mineure.

Textes rédigés par l’association Guarino Guarini